21 January 2020

Brexit : messieurs les Anglais, sortez les premiers !

La victoire triomphale des conservateurs aux législatives jeudi offre à Boris Johnson la majorité absolue dont il avait besoin pour concrétiser le Brexit au 31 janvier. Un second référendum au résultat sans appel.

 

KONFRONTASI -  Il n’était pas sur le podium pour écouter la proclamation des résultats. Peut-être parce qu’il se remet d’une opération à la hanche. Ou parce que c’était trop douloureux. A Bolsover, dans le nord de l’Angleterre, Dennis Skinner, 87 ans, est connu comme le loup blanc. L’ancien mineur y est surnommé «la bête de Bolsover». Mais la bête, travailliste historique proche de Jeremy Corbyn, a perdu son siège au profit des conservateurs. En disparaissant de la Chambre des communes - où siégeront 34 % de femmes, un record - il incarne le symbole, la réalité de ces élections extraordinaires. Dennis Skinner était un brexiter convaincu. Ses électeurs ont préféré faire confiance à un conservateur pour «get Brexit done», réaliser le Brexit, trois ans et demi après leur vote en sa faveur.

 

C’est la première conclusion qui se dégage de ce scrutin qui a tout d’un second référendum. Les Britanniques - ou du moins les Anglais et les Gallois - souhaitent, en majorité, sortir de l’Union européenne. Peut-être certains d’entre eux se sont-ils juste lassés du chaos des trois dernières années, mais le résultat est le même. En offrant aux conservateurs de Boris Johnson une large majorité absolue et le meilleur résultat pour les tories depuis 1987 et Margaret Thatcher, ils ont signé la fin de leur engagement dans le projet européen de l’Union. Ils ont confirmé la date du Brexit qui aura lieu le 31 janvier. Avec une telle majorité au Parlement, Johnson est libéré des pressions des plus extrémistes et du Democratic Unionist Party (DUP). Il pourra faire adopter l’accord du Brexit sans problème. Brexit sans problème.

 
 

Dans toutes les régions où le leave l’avait emporté au-delà de 60 %, les tories ont enregistré des gains. En revanche, ils en ont perdu dans celles en faveur du remain. La ligne est donc limpide, le Parti conservateur a avalé tout le vote leave, ne laissant que des miettes au Brexit Party de Nigel Farage qui a échoué à gagner ne serait-ce qu’un seul siège.

Le vote remain s’est dispersé, entre le Labour mais aussi le Parti libéral démocrate (libdem). Le résultat est une catastrophe pour le premier, mauvais pour le second. Le Labour n’aura que 203 députés, son pire résultat depuis 1935. Son dirigeant, Jeremy Corbyn, qui paye ses nombreuses ambiguïtés, ne devrait pas rester longtemps en place. La cheffe des libdem, Jo Swinson, a démissionné après avoir perdu son siège et alors que son parti, avec 11 sièges, a un député de moins que dans le précédent Parlement. Sa proposition d’annuler le Brexit a déconcerté les électeurs favorables à un nouveau référendum.

Le panorama de ces élections se complique si l’on pose les yeux sur l’Ecosse et l’Irlande du Nord, dont la population compilée représente environ 10 % du pays. Les deux provinces souhaitent rester dans l’UE. En Ecosse, le parti indépendantiste Scottish National Party (SNP) a raflé la mise avec 48 députés sur 59. Il a annihilé le Labour, ne lui laissant qu’un seul siège. Et sa dirigeante, Nicola Sturgeon, a d’ores et déjà appelé à l’organisation rapide d’un référendum sur l’indépendance. Pour la première fois de l’histoire, il y aura à Westminster plus de députés d’Irlande du Nord issus des partis nationalistes, en faveur d’une réunification avec la République d’Irlande, qu’unionistes. De nouvelles batailles sont à venir.

Pour l’heure, Johnson a appelé à une trêve de Noël. Devant le sapin dressé devant le 10, Downing Street, il a tenté de rassembler. Et n’a oublié personne, ni ceux qui ont voté pour lui avec réticence, «peut-être avec un crayon tremblant dans la main», ni les pro-européens et «leurs sentiments chaleureux vis-à-vis des autres nations de l’Europe». «Je travaillerai 24 heures sur 24 pour mériter votre confiance», a-t-il promis. Mais, a-t-il ajouté, «ce pays mérite une trêve, mérite de ne plus entendre parler du Brexit pendant un temps. Joyeux Noël à tous»(Jft/Liberation)

Category: 

 GULIRKAN KE BAWAH UNTUK MELIHAT ARTIKEL LAINNYA  


Berita lainnya

loading...